Dernières offres

Toutes les offres

Trouver une mission

Lancer la recherche

Foire aux questions

Toute la FAQ Première visite ?
 

Vous êtes ici : Accueil > Espace pro > International : Savoir tester la motivation d'un candidat

International : Savoir tester la motivation d'un candidat

 

Déterminer le degré de motivation d’un candidat à un poste est essentiel. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit d’une mission à l’international. Quels sont alors les signes pour reconnaître cette capacité d’implication à l’étranger ?


 

Des stages à l’étranger, un échange en Erasmus, une série de voyages,… tous ces éléments présents dans un CV sont autant d’indices sur l’ouverture d’un candidat à l’international. « Le fait de parler plusieurs langues, celui d’avoir fait des stages à l’étranger sont des éléments muets qui définissent l’appétence d’un candidat pour l’international », souligne Marie-Claire Lemaître.


 

La lettre de motivation est également un très bon révélateur de la détermination d’un candidat. Si elle paraphrase l’offre d’emploi, elle indique alors un manque d’investissement personnel et le peu de temps que la personne a consacré à sa rédaction. En revanche, si un candidat fait ressortir les éléments de l’annonce en les reliant à sa propre expérience, cela signifie qu’il a pris le temps d’y réfléchir et que le poste l’intéresse réellement. « Tout ce qui va dans le sens d’une personnalisation d’une candidature prouve la motivation de la personne », observe Marie-Claire Lemaître.


Par ailleurs, la lettre doit aborder la question de l’expatriation : si le candidat évoque uniquement sa motivation pour le poste, sans parler de son attrait pour le pays en question, c’est mauvais signe. Car partir avec des objectifs uniquement professionnels, sans avoir le goût de vivre à l’étranger, c’est risquer des problèmes d’adaptation à l’arrivée. A l’inverse, une lettre de motivation consacrée à l’expatriation sans aucune mention du poste est tout aussi déséquilibrée : pour réussir à s’adapter à un nouveau poste à l’étranger, il faut être motivé à la fois par le pays et les missions.


 

S’assurer d’une bonne intégration
 

L’entretien de recrutement permet de tester plus en profondeur le niveau d’engagement d’un candidat. « Si un parcours ne comporte aucune expérience à l’international, nous allons essayer de comprendre pourquoi la personne pose sa candidature », explique la directrice de Mercuri Urval. A-t-il une véritable envie de partir ? A-t-il déjà voyagé dans le pays en question ? Est-il attiré par cette culture ?


 

La connaissance du pays, de sa culture et de ses coutumes, les livres qu’il a lus sur le sujet sont autant d’éléments significatifs du degré de préparation d’un candidat et par conséquent, de sa motivation. Pour le recruteur, il s’agit d’éviter que le candidat vive mal son quotidien lors de son expatriation. « Nous voulons nous assurer que la personne est en possession de tout ce qu’il faut pour réussir », confirme Marie-Claire Lemaître.


 

Autre exemple : si le candidat est en couple mais n’a pas informé son conjoint de son projet de partir, « cela signifie clairement que le projet n’est pas mûri », note Marie-Claire Lemaître. Et un manque de maturité chez un candidat peut entraîner un abandon au moment de partir.


 

Identifier les types de motivation


 

On peut vouloir partir pour des raisons négatives ou positives. Un candidat qui souhaite partir à l’étranger suite à une rupture sentimentale a surement un désir de fuir. « Cela ne va pas l’exclure du processus de recrutement mais il doit aussi pouvoir mettre en avant des éléments positifs de sa motivation », analyse Marie-Claire Lemaître. Il est donc important de repérer les différents types de motivation du candidat et de s’assurer qu’il y a suffisamment de motivations positives.


 

Poser des questions sur les principaux problèmes déjà rencontrés dans ses expériences précédentes est également instructif. Car, comme le rappelle Marie-Claire Lemaître, « les difficultés qu’une personne rencontre en France seront multipliées par 10 à l’étranger ». Ainsi, il faut s’assurer que le candidat a su prendre du recul face à ces problèmes, et qu’il a eu une capacité d’adaptation suffisante pour en tirer un bilan positif.

Les recruteurs se présentent

Tous les recruteurs