Dernières offres

Toutes les offres

Trouver une mission

Lancer la recherche

Foire aux questions

Toute la FAQ Première visite ?
   
 

Candidature spontanée

Vous voulez bâtir une carrière à l’international, mais aucune offre ne correspond à vos souhaits ? Comme pour n’importe quel type de contrat, créer votre propre poste est possible. Mais attention : il y a des règles à respecter pour réussir votre candidature spontanée.
 

Candidature spontanée : je crée mon poste à l’étranger

Vous voulez bâtir une carrière à l’international, mais aucune offre ne correspond à vos souhaits ? Comme pour n’importe quel type de contrat, créer votre propre poste est possible. Mais attention : il y a des règles à respecter pour réussir votre candidature spontanée.

 

Comment commercialiser vos compétences ?

En tant que candidat, vous avez un service à offrir. Pour faire une candidature spontanée, il ne suffit donc pas de faire parvenir votre CV au recruteur. Vous devez à la fois capter son attention et lui expliquer pourquoi il a besoin de vous, ce qu’il gagnerait à vous envoyer à l’étranger.

 

Votre but est de vendre vos compétences. Dans le cas du VIE, il se peut que vous deviez aussi expliquer le principe du Volontariat International. Rien de vous empêche d’ailleurs de donner au recruteur un lien vers le site d’Ubifrance afin qu’il puisse y récolter des informations complémentaires.

 

Si vous postulez dans une entreprise de taille modeste, il vous faudra peut-être détailler davantage votre démarche, car elles sont en général moins bien renseignées sur les formalités d’expatriation et sur le VIE.

 

 

Comment choisir l’entreprise ?

« Il est impératif de cibler l’entreprise », prévient Béatrice du Mesnil, consultante en carrière internationale à l’école de management Audencia, à Nantes. Vous devez choisir à qui envoyer votre candidature spontanée en fonction de votre projet et de la destination que vous avez en tête mais aussi en fonction de l’activité de l’entreprise et du métier que vous voulez exercer.

 

- Pour les PME, pensez à vérifier qu’elles ont besoin de personnel à l’étranger : ont-elles des activités hors de France ? Exportent-elles leurs produits ? Ont-elles l’intention de se développer à l’international ?

- En ce qui concerne les grands groupes, examinez plus particulièrement la filiale qui vous intéresse. Offre-t-elle des opportunités ? Que pouvez-vous lui apporter ? Ses besoins correspondent-ils à vos compétences ?

 

 

Qui contacter ?

Une fois l’entreprise sélectionnée, vous devez décider à qui faire parvenir votre candidature. Inutile de l’envoyer à l’étranger, les sièges français des entreprises peuvent traiter votre demande, le contact avec la filiale qui vous intéresse aura lieu plus tard.

 

Pour postuler, vous pouvez choisir parmi les options suivantes :

 

- Les ressources humaines. Elles se chargeront ensuite de proposer votre candidature aux différents services qui pourraient avoir besoin de vous en fonction de vos compétences et des souhaits que vous avez exprimés.

- Le responsable opérationnel. Pourquoi ne pas envoyer directement votre CV au manager du département qui vous intéresse ? Certes, il repassera ensuite par les ressources humaines qui s’occuperont du processus de recrutement, mais c’est avant tout à lui de leur expliquer que vous êtes une possibilité à considérer.

- Le directeur général. Si vous postulez dans une PME, le plus simple est d’envoyer votre candidature à la personne la plus haut placée.

- Le spécialiste VIE. Si vous visez une entreprise qui a l’habitude de recourir au VIE, il vous suffit de consulter ses offres précédentes pour obtenir le nom et les coordonnées de la personne en charge du dossier, vous pourrez alors la contacter directement.

 

 

Comment s’y prendre ?

« En général, je conseille de prendre un premier contact par mail en envoyant son CV et sa lettre de motivation », explique Béatrice du Mesnil. Toutefois, il ne faut pas hésiter à relancer votre interlocuteur si aucune réponse ne vous parvient. Il s’agit souvent de personnes très occupées qui préfèrent recevoir un coup de téléphone plutôt que de prendre le temps de répondre par écrit. De plus, appeler pour se rappeler au bon souvenir de l’entreprise est un signe de motivation.

 

 

Le CV et la lettre de motivation

Vous devez impérativement adapter votre CV et votre lettre de motivation à chaque entreprise, en mettant en valeur en quoi vous pourriez lui être utile : il ne suffit pas d’exposer vos raisons pour partir, le recruteur doit voir ce qu’il y gagne de son côté. Pour convaincre, l’important est de bien insister sur vos capacités d’adaptation, votre ouverture d’esprit et vos compétences linguistiques, autant d’arguments qui rassurent le recruteur dans le cadre d’un départ à l’étranger, en particulier lorsque ce n’est pas lui qui prend l’initiative d’expatrier le futur salarié. « Il faut se mettre à la place du recruteur et imaginer quelles sont ses attentes et ses craintes », précise Béatrice du Mesnil.

 

Attention à soigner la forme autant que le fond, comme le conseille Béatrice du Mesnil : « quand on se présente comme un candidat bilingue et qu’on commet des erreurs de langage dans la traduction du CV, cela ne fait pas bonne impression ! » N’hésitez donc pas à faire relire vos documents par un anglophone, un germanophone, un hispanophone… 

 

 

Partager sur :

Les recruteurs se présentent

Tous les recruteurs